l’actu

Bloctel : pour une prospection téléphonique responsable !

Depuis le 1er juin, les consommateurs français peuvent donc s’inscrire sur un registre d’opposition au démarchage téléphonique. Une évolution majeure pour les professionnels du marketing direct qui devrait permettre, au final, d’assainir les pratiques du secteur et donc rendre le « démarchage par téléphone » plus responsable.
C’est notre conviction !

La procédure mise en place par le gouvernement français pour gérer cette nouvelle liste d’opposition est assez simple. Le consommateur indique les

numéros sur lesquels il ne veut plus être sollicité, dans les 30 jours le service Bloctel l’ajoute à son fichier. Le fichier ainsi constitué est ensuite utilisé par Bloctel pour supprimer les numéros des bases que leur soumettent les professionnels préalablement à une campagne de prospection.

La loi Consommation du 17 mars 2016 précise toutefois quelques exceptions :

  • Si le consommateur a une relation contractuelle avec l’entreprise, alors cette dernière pourra quand même mener des campagnes d’appels pour proposer de nouvelles offres.
  • La presse pour des abonnements
  • Les instituts de sondage et les ONG ou les associations caritatives.
Pourquoi ce service est-il vertueux pour les professionnels ?

Dans l’histoire du marketing direct, la « saturation » a toujours provoqué la mise en place de moyens d’interdiction mais jamais la disparition des moyens de contacts. « Stop pub » sur les boîtes aux lettres pour les prospectus ou le 33700 pour les SMS non sollicités par exemple.

Il y a quelques années, les professionnels de l’email marketing ont vécu la même situation que celle de la prospection téléphonique aujourd’hui. Le « SPAM » (email non sollicité) devenait une véritable plaie pour les internautes qui finissaient par rejeter l’ensemble des emails promotionnels.

Des organisations indépendantes ont alors lancé des services mondiaux de « blacklist » utilisées par les fournisseurs d’accès et les services de messagerie afin de trier le bon grain de l’ivraie.  Dans le même temps certaines sociétés d’email marketing ont décidé d’accompagner cette démarche en expliquant à leurs clients qu’ils devaient mettre en place des systèmes « d’opt-in » (accord de l’internaute pour recevoir des messages) mais aussi des liens de désabonnement dans les emails.
L’email-marketing n’est pas mort, il est devenu responsable et mieux accepté par les consommateurs.

Le marketing téléphonique devrait donc connaître la même évolution. VIPP Interstis, expert de la connivence relationnelle, est par ailleurs persuadé que le filtre Bloctel peut également apporter aux campagnes de prospection un gain d’efficacité, en supprimant les numéros des particuliers « allergiques » au démarchage : ceux qui choisissent de ne jamais répondre aux numéros inconnus, ceux qui demandent à ne jamais être rappelés ou qui se refusent à acheter par téléphone.

En revanche, gare aux délais : si Bloctel annonce aux professionnels le traitement d’un fichier dans les 72 heures (maximum), il est encore trop tôt pour avancer un délai en cas d’embouteillage du service.

Contact : Landry Loe

En savoir plus sur Bloctel : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A10590